??

Petit historique du groupe

La naissance du groupe


Chuymampi aux Cercofolies (49) en juillet 2002

e groupe Chuymampi naît en 2002 de la rencontre de cinq jeunes français, musiciens amateurs, aux parcours divers. Guillaume Fourniès, Hélène Massé, Solène Billaud et Thomas Guérin se trouvent, fin 2001, réunis au sein de l'Association de sikuris Winayataqui de Saint Herblain, près de Nantes. Au fil de l'année se crée entre eux le désir de jouer ensemble une musique métisse (contrairement au sikuri, elle utilise des instruments à cordes) mais respectueuse de l'esprit des grands groupes de Musique des Andes : conserver un son acoustique, les rythmes et les instruments traditionnellement utilisés, et arranger les thèmes sans dénaturer la version originale.

e groupe est créé officiellement en avril 2002, et reçoit de ses parrains de winayataquiens le nom de « Chuymampi » : en aymara, l'une des langues des hauts-plateaux andins, ce terme signifie « avec le coeur, avec l'âme ». C'est alors que Marc Dumont, percussionniste et ami de Guillaume, rejoint le groupe... et se passionne à son tour. Solène et Hélène, partenaires de longue date, sont les flûtistes du groupe ; Guillaume en est le guitariste et Thomas le charanguiste. Le premier contrat a lieu le 7 juillet 2002, au festival des Cerquofolies (49). Suivent, durant l'été, quelques représentations sur les marchés de Nantes et Angers, qui permettent au groupe de stabiliser un certain style d'arrangement et un premier répertoire.




Des participations musicales diverses


Chuymampi au café l'AJT (Nantes) en mars 2004

la rentrée 2002, le groupe met au point des morceaux plus recherchés. Il participe, en février 2003, à un concert de musique des Andes à Montoir-de-Bretagne (44) au profit des enfants handicapés boliviens, en collaboration avec l'association Breizh Manta.

la fin de l'année 2003, le groupe retravaille son répertoire de façon à pouvoir assurer seul des concerts de deux heures. Il prend alors le statut d'association de Loi 1901, ayant pour but la promotion des musiques et des cultures andines. Les représentations se font plus nombreuses : café-concerts (Angers, Nantes), Floralies de Nantes, fêtes de la musique... Le groupe mène également un projet sur l'année entière avec des classes maternelles et primaires de l'école Emile Gibier d'Orvault (44) : présentation des instruments auprès des enfants, apprentissage de plusieurs chants boliviens, qui seront présentés à la kermesse de fin d'année.

n mai 2004, le groupe enregistre sa première maquette de présentation dans les studios de Mayachana à Rennes, avec German et Nestor Tintaya. Puis, à l'été 2004, quatre des cinq membres du groupe partent collectivement voyager en Bolivie et au Pérou, ce qui leur permet d'enrichir le répertoire grâce à de nouveaux instruments et des enregistrements achetés sur place.

'année 2004-2005 a donc vu de nouveaux morceaux intégrer le répertoire, plus élaborés, mieux arrangés. Si les représentations ont été moins nombreuses, elles ont été mieux préparées. Le groupe a ainsi présenté un nouveau café-concert à Nantes, participé à un spectacle en faveur des enfants chiliens à l'Escall de Saint Sébastien sur Loire, et assuré la première partie de la chorale « La Bougane » au Pianock'tail de Bouguenais (44).




Un premier CD et les « Rencontres de Musique des Andes »


Chuymampi à Bouguenais (44) en mai 2005

l'été 2005 naît entre les groupes Llapaku et Chuymampi l'idée d'organiser plusieurs grands concerts de musique des Andes dans l'ouest de la France. Le partenariat est mis en place rapidement entre quatre groupes : les professionnels andins Llapaku et Peru Inka, et les associations composées de français Omasuyu et Chuymampi.

artageant une même conception de l'interprétation des musiques andines et une même volonté de faire partager leur passion, les quatre groupes se réunissent donc pour trois concerts très réussis : le 19 novembre 2005 à Villejean (Rennes), le 21 janvier 2006 à Saint André des Eaux (St Nazaire) et le 4 mars 2006 à Vertou (Nantes).

huymampi profite du concert du 21 janvier 2006 pour sortir à la vente son premier CD, intitulé "Senderos Andinos", qui réunit des morceaux enregistrés en studio en mai 2004, en décembre 2005, et deux morceaux « live » tirés du concert des Rencontres de Villejean. En plus de ces trois grands concerts, Chuymampi participe à diverses manifestations en 2005-2006.

our des raisons professionelles, les membres de Chuymampi vivent actuellement dans plusieurs villes de l'ouest de la France ou en région parisienne. Les concerts et manifestations se font un peu moins nombreux, mais la motivation ne faiblit pas.




Un sixième chuymampien et des compositions


Chuymampi en janvier 2009

epuis le début 2009, un sixième membre a intégré le groupe Chuymampi : Jean-Claude Girault, musicien de longue date et polyvalent sur les instruments andins. Sa contribution permet d'étoffer tour à tour les parties d'instruments à cordes et de flûtes, ainsi que les chants.
Chuymampi s'oriente également vers un répertoire plus personnel, des compositions de plusieurs membres du groupe venant s'ajouter aux nouvelles reprises de morceaux.




é à un moment où la vague latino-Andine des années 1970 est largement retombée et où la musique des Andes se fait de plus en plus commerciale, le groupe affirme sa volonté de respecter l'esprit et les instruments "traditionnels" de la musique des Andes telle qu'elle se jouait dans le passé, sans pour autant s'y enfermer. Il s'inspire de groupes actuels renommés tels que Awatinas, K'alamarka, Sacambaya, Ollantay, Nanda Manachi..., aussi bien que de groupes mythiques des époques plus ou moins passées : les Ruphay, Savia Andina, Bolivia Manta, les Kjarkas à leurs débuts...

i notre répertoire est, jusqu'à présent, largement bolivien, nous jouons également des morceaux péruviens, équatoriens, argentins. Quelques compositions des membres du groupe sont actuellement en préparation...